Rubéole IgG / IgM 1 ère Dét.

Type d'analyse :

ANALYSES SANGUINES

Sérum

Nature du prélèvement

Température de prélèvement

4-24 ° C

Intérêt clinique;

Maladie éruptive de l'enfance accompagnée d'adénopathies, évoluant sous forme sporadique ou par épidémies multiannuelles, sans caractère de gravité. Lorsque la primoinfection survient pendant le premier trimestre de grossesse, elle aboutit fréquemment à une contamination virale in utero qui entraîne soit la mort de l'embryon, soit des malformations du coeur, de l'oreille interne et de l'oeil. Lorsque la contamination survient après le premier trimestre, la foetopathie se traduit par un retard du développement, des anomalies hématologiques et osseuses, pouvant régresser. L'enfant peut aussi naître apparemment sain, les conséquences de l'infection antenatale se manifestant plus tardivement par des troubles cardiaques, une surdité ou, assez rarement, un retard psychomoteur. Le diagnostic anténatal de l'éventuelle contamination transplacentaire est réalisé par la recherche des IgM dans le sang f¿tal ou sur celle du génome viral (RT-PCR) dans le liquide amniotique. Dans le cas général, le diagnostic repose sur la découverte d'une séroconversion avec présence d'IgM spécifiques qui apparaissent 15 jours après le contage et disparaissent en 3 à 8 semaines. La présence de ces dernières dans le sang du cordon indique l'existence d'une infection congénitale. Les anticorps IgG persistent et sont protecteurs. Le diagnostic post-natal d'une infection congénitale repose sur la mise en évidence d'IgM spécifiques dans le sang du nouveau-né.

Recommandation;

Disponibilité du résultat

Pas d’hémolyse

1 jour après le jour du prélèvement